Témoignage de Sébastien sur son reflux gastrique et ses complications

Merci à Sébastien pour son précieux témoignage, très complet, pertinent et encourageant.

RÉSUMÉ : Sébastien, 43 ans, souffre de reflux gastrique depuis 10 ans et a connu de nombreuses complications > reflux laryngo-pharyngé + oesophagite + béance cardiale + hernie hiatale + laryngospasme + oesophage de Barrett.

Aujourd’hui, il commence enfin à aller mieux.


Sébastien a décidé de partager son histoire et son expérience, voici son témoignage :

Premiers signes de reflux gastrique

Il y a 10 ans, j’ai commencé à souffrir de reflux gastrique. Cela se manifestait par des remontées acides, des sensations de brûlures à l’arrière du sternum et dans le fond de la gorge. Ces symptômes survenaient soit quand il m’arrivait de faire du sport, soit après de gros repas, soit après des soirées arrosées avec mes amis. Parfois, il pouvait se passer plusieurs semaines sans symptôme mais avec le temps, je sentais bien que la fréquence des symptômes avait tendance à augmenter.

Premier traitement antiacide local

Le premier médicament que j’ai testé pour soigner mon reflux gastro-oesophagien était un médicament antiacide sous forme de liquide épais, vendu librement en pharmacie. Je l’utilisais de manière préventive un peu avant les moments où j’étais susceptible de faire du reflux. Pendant plusieurs années, j’ai donc utilisé ce médicament de manière ponctuelle avec plus ou moins de succès.

Apparition de nouveaux symptômes et premier traitement antiacide global

Au fil des années, j’ai finalement appris à vivre au quotidien avec mon reflux gastrique, les symptômes continuaient à faire surface mais de manière plus discrète et relativement supportable. Bizarrement, je ne ressentais quasiment plus les sensations de brûlures liées au reflux gastrique que j’avais auparavant. Pourtant, le reflux était bien présent et se manifestait désormais sous forme de légère toux.
Mon conseil dans ce cas : si vous souffrez de ce type de symptôme (toux), je ne vous conseille pas de consulter un médecin généraliste mais plutôt un médecin spécialiste car il sera bien mieux équipé pour établir un diagnostic RGO précis. Je dis cela car j’ai connu plusieurs mauvaises expériences avec des médecins généralistes (mauvais diagnostic, mauvais traitement, perte de temps et d’argent). Dans mon cas, c’est un ORL qui a finalement détecter l’origine de mon problème de toux, à savoir le reflux gastrique.
Suite à ce diagnostic, mon nouveau traitement se composait de médicaments bloqueurs d’acidité qui stoppent la production d’acidité gastrique dans l’estomac. On les appelle plus communément les médicaments inhibiteurs de la pompe à protons ou IPP et sont uniquement disponibles sous ordonnance.
Le diagnostic était le bon et les médicaments aussi puisque le lendemain, je ne toussais déjà plus.

Première complication, endoscopie et traitement antiacide global à double dose

Quelques mois plus tard, je recommençais à tousser. Retour chez l’ORL pour recevoir à nouveau le même traitement à base de médicaments IPP. Durant plusieurs années ce scénario se répéta pour au final me mener chez un gastro-entérologue pour une gastroscopie (endoscopie).
Résultat de la gastroscopie : béance cardiale et oesophagite légère.
Traitement du gastro-entérologue : double dose de médicaments bloqueurs d’acidité IPP.

Le fait d’avoir le bas de mon œsophage ouvert en permanence à cause de la béance cardiale endommageait mon œsophage et engendrait des remontées d’acide gastrique jusque dans ma gorge. Une fois de plus, suite au traitement à base d’IPP, tout est allé beaucoup mieux, au point que j’avais l’impression d’être définitivement guéri grâce à la double dose.

Deuxième complication, endoscopie et nouveau traitement double dose

Quelques mois plus tard, je commençais à nouveau à tousser mais me croyant totalement guéri au niveau du reflux gastrique, je pensais donc qu’il s’agissait d’une laryngite. Cependant, la toux s’est vite détériorée au point qu’elle me réveillait chaque nuit pour aller tousser dans les toilettes presque jusqu’à en vomir. Ma toux était parfois sèche parfois grasse et j’avais mal à la gorge.
Une nuit, alors que je toussais à ne plus pouvoir m’arrêter, je ressentis un blocage soudain au niveau de ma gorge. L’air ne passait plus, impossible d’inspirer, j’étais en train d’étouffer, littéralement. Les secondes semblaient des heures, je n’avais même pas eu le temps de prendre mon souffle car le blocage avait eu lieu à la fin de l’expiration d’une quinte de toux. J’étais debout, dans le noir, la main sur la gorge, des sueurs froides sur le front en train de me dire que j’allais y rester et rapidement. Après quelques secondes, je senti qu’un petit espace d’air commença à s’entrouvrir très progressivement au niveau de ma gorge. Une bonne vingtaine d’inspiration furent nécessaire pour retrouver un souffle normal. Grosse frayeur, très certainement le plus gros stress de toute ma vie.
Mon ORL me conseilla d’aller voir un pneumologue mais pas de rdv possible avant 1 semaine. Les nuits suivantes furent horribles : stress, angoisse, quintes de toux violentes à répétition, blocages répétés de ma gorge rendant impossible toute inspiration durant plusieurs secondes. Au plus le temps passait au plus les blocages de gorge apparaissaient la nuit et même en fin de journée, c’était horrible.

Finalement, après consultation du pneumologue, celui-ci me diagnostique un reflux laryngo-pharyngé. Il m’expliqua que l’acide gastrique présent dans ma gorge était tellement présent qu’il était respiré par mes poumons, ce qui expliquait les quintes de toux à répétition. Le blocage répété de ma gorge était dû à ce qu’on appelle un « laryngospasme » (contraction involontaire des muscles entourant le larynx) causée par le reflux gastrique.
Traitement conseillé par le pneumologue : double dose de médicaments antiacides IPP + une gastroscopie chez un gastro-entérologue.

Le traitement antiacide à double dose était toujours aussi efficace : plus de toux, impression de guérison et retour à la normale. Par contre, les résultats de la gastroscopie étaient pires que les précédents.
Résultat de la gastroscopie : béance cardiale, oesophagite et en plus de cela, j’avais une hernie hiatale et un début d’oesophage de Barrett (« Barrett court »).

Amélioration de mon état de santé

Après plusieurs mois de double dose, je suis retourné à un traitement quotidien simple dose depuis près de 2 ans et la situation s’est améliorée. Les médecins me déconseillent d’arrêter le traitement sous peine d’aggravation de l’oesophage de Barrett. Ils ne me conseillent pas non plus une intervention chirurgicale pour le moment. Par ailleurs, un contrôle via gastroscopie devra être réalisé tous les 2 à 3 ans afin de suivre l’évolution de la situation et éventuellement adapté le traitement.

Ce qui m’aide aujourd’hui et qui aurait pu m’éviter toute ces complications

Suite au diagnostic catastrophique de cette dernière gastroscopie je n’ai pu m’empêcher de faire des recherches en ligne pour essayer de comprendre pourquoi tout cela m’arrivait et comment je pouvais m’en sortir. Après diverses recherches, je suis finalement tombé sur le livre « En finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien » .

Une vraie révélation ! Pourtant, après l’avoir lu, j’étais partagé entre un sentiment de colère d’une part, et de soulagement et d’optimisme d’autre part.
Colère, car si j’avais pris connaissance des informations ce livre il y a 10 ans, je n’aurais probablement pas souffert de reflux gastrique et des complications durant toutes ces années.
Soulagement et optimisme, car ce livre avait répondu à toutes les questions que je me posais (comprendre la pathologie et les complications, savoir concrètement comment éviter d’avoir du reflux gastrique, savoir comment améliorer voir soigner naturellement le reflux…). Le fait d’être totalement informer sur la pathologie et de désormais disposer de nombreux outils pour la maîtriser, m’a permis d’être beaucoup plus serein au quotidien et moins angoissé.
A l’heure actuelle, je continue mon traitement journalier en simple dose et le complète avec de nombreux conseils du livre (notamment au niveau de l’alimentation, de la gestion du reflux pendant la nuit, de la respiration, des postures et du stress).
Lors ma dernière endoscopie, le médecin a constaté que les Barrett courts avaient diminué et qu’il n’y avait plus de hernie hiatale. Bref, plutôt une bonne nouvelle !

Conclusion et derniers conseils

Les médicaments anti-reflux de type IPP (uniquement disponible sous prescription) sont très efficaces et m’ont d’ailleurs sauvé plusieurs fois lors de mes grosses complications.
Cependant, ils ne doivent surtout pas être considérés comme une solution qui guérit définitivement le reflux gastrique. Même si après usage, on se sent guéri, on ne l’est en fait pas du tout si le vrai problème n’est pas réglé !
Chaque prescription de ce type de médicament doit donc agir comme un signal d’avertissement dans votre tête et vous inciter à trouver RAPIDEMENT une solution durable pour régler le problème de fond.
Pourquoi ? Car au plus vous attendrez sans comprendre l’origine de votre problème, au plus le reflux fera des dégâts, au plus il deviendra difficile à guérir, et au plus vous deviendrez totalement dépendant des médecins et des médicaments.
La désinformation par rapport au reflux gastrique est-elle délibérée de la part de la médecine et des industries pharmaceutiques pour gagner de l’argent ? C’est la question que je me pose.
Il faut donc vous débrouiller par vous-même pour trouver une solution durable à votre problème de reflux et je pense sincèrement que TOUTES les réponses à vos questions et les solutions se trouvent dans le livre « En finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien ».

Prendre le temps de lire ce livre peut vous éviter des années de galère comme moi. Oui, je fais de la publicité pour ce livre via ce témoignage car je pense que si toutes les personnes qui faisaient du reflux lisaient son contenu, elles se porteraient certainement beaucoup mieux physiquement et mentalement et iraient moins souvent chez le médecin. Si vous faites du reflux, c’est probablement le meilleur investissement que vous ferez pour votre santé et avec les années pour votre portefeuille aussi car sur ces 10 dernières années j’ai bien dépensé des milliers d’euros en consultations, examens et médicaments anti-reflux. A bon entendeur, salut !


 

Livre actuellement en PROMOTION et disponible DIRECTEMENT APRÈS ACHAT !