Définition de l’oesophagite peptique

Par définition, une oesophagite peptique se caractérise par une inflammation de l’oesophage due au reflux gastro-œsophagien (RGO). Aussi appelée oesophagite érosive par reflux, cette inflammation se développe lorsque du liquide gastrique est présent en quantité anormale ou anormalement prolongée dans l’oesophage. L’oesophagite peptique n’est donc pas une oesophagite infectieuse qui pourrait être issue d’une infection virale ou encore bactérienne.

Oesophagite peptique par reflux

Pour catégoriser le degré de gravité de l’oesophagite peptique, les gastro-entérologues utilisent depuis plus de 20 ans la classification de Los Angeles.

Classification de Los Angeles

La classification de Los Angeles a été présentée lors du Congrès mondial de gastroentérologie à Los Angeles en 1994. Cette classification sert toujours de référence à l’heure actuelle et permet de catégoriser le degré de gravité de l’oesophagite peptique en 4 grades, de A à D. L’oesophagite grade A étant le degré de gravité le plus léger et le grade D, le plus sévère.

La classification de Los Angeles comprend les 4 grades suivants:

  • 1er grade ou oesophagite de grade A : une ou plusieurs lésions de moins de 5 mm et limitées à la crête des plis.
  • 2e grade ou oesophagite de grade B : une ou plusieurs lésions de plus de 5 mm, ne s’étendant pas entre les sommets de deux plis muqueux adjacents.
  • 3e grade ou oesophagite de grade C : une ou plusieurs lésions se prolongeant en continuité entre les sommets de 2 ou plusieurs plis muqueux, mais qui occupent moins de 75% de la circonférence.
  • 4e grade ou oesophagite de grade D : une ou plusieurs lésions occupant plus de 75% de la circonférence.

Oesophagite classification Los Angeles

Diagnostic de l’oesophagite peptique

Le diagnostic d’une oesophagite peptique ou érosive par reflux se confirme suite à une endoscopie digestive haute (endoscopie oeso-gastro-duodénale).
Cet examen permet au gastroentérologue de visualiser en détail l’inflammation de l’oesophage et de pouvoir ainsi catégoriser le degré d’inflammation.
En cas d’oesophagite peptique, le médecin spécialiste utilise généralement la classification de Los Angeles pour établir un diagnostic précis d’oesophagite.

Voici quelques exemples de termes pouvant être mentionnés dans le diagnostic d’une oesophagite :

  • « Oesophagite de grade A selon la classification de Los Angeles ».
  • « Diagnostic d’une oesophagite de grade B selon la classification de Los Angeles ».
  • « Oesophagite peptique grade 1 ».
  • etc.

Cause de l’oesophagite peptique

L’oesophagite peptique ou érosive par reflux peut s’inflammer pour deux raisons :

À cause du liquide gastrique qui remonte vers l’oesophage

Pour rappel, le suc gastrique produit par l’estomac est un liquide particulièrement acide qui contient de l’acide chlorhydrique, des enzymes digestives, de la pepsine et parfois de bile. L’estomac est naturellement conçu pour contenir de l’acide. L’oesophage ne dispose quant à lui d’aucune barrière protectrice contre l’acide de l’estomac. L’action irritante de l’acide chlorhydrique et de la pepsine sur l’oesophage peut fortement endommager son épithélium. L’épithélium de l’oesophage est le tissu constitué de cellules qui tapissent l’oesophage.

oesophagite peptique reflux gastrique
Au plus l’épithélium est endommagé par l’acide gastrique, au plus il y a un risque de développer une oesophagite par reflux et des complications (cf. 2e partie de l’article).

À cause des cytokines pro-inflammatoires

Des études scientifiques plus récentes ont également permis de mettre en évidence un autre mécanisme inflammatoire jouant un rôle important dans le développement de l’oesophagite par reflux et de ses complications. Ce phénomène inflammatoire s’explique également par une augmentation de l’expression des cytokines pro-inflammatoires.

Complications de l’oesophagite peptique

La grande majorité des oesophagites diagnostiquées de grade 1 ou 2 n’évoluent jamais vers les grades 3 ou 4 sans facteurs favorisants. Autrement dit, les complications d’une oesophagite sont assez rares, mais possibles. Ces complications se manifestent généralement sous forme d’ulcération de l’œsophage, de cardia béant, de sténose oesophagienne, d’extrasystoles dues a l’estomac, de sensation de glaire coincée dans la gorge ou du développement d’un reflux laryngo-pharyngé et plus rarement d’un oesophage de Barrett.

Pour quelles raisons les complications apparaissent-elles?

En cas d’attaques acides à répétition dans l’oesophage

Lorsque l’épithélium de l’oesophage subit des attaques acides à répétition, il finit par devenir plus perméable et peut alors permettre à l’acide de pénétrer plus profondément et d’attaquer les cellules épithéliales.
La réaction à l’acide finit par provoquer la mort des cellules épithéliales de surface et induit la prolifération des cellules basales de l’œsophage destinées à régénérer l’épithélium lésé.
Cependant, si ce phénomène de réparation de l’épithélium se produit à répétition durant plusieurs années, la cicatrisation peut alors former un nouvel épithélium de type intestinal.
Le remplacement de la muqueuse endommagée par la métaplasie intestinale entraîne alors la formation de l’œsophage de Barrett, précurseur de l’adénocarcinome de l’œsophage cancer de l’oesophage.

En cas de surréaction du système immunitaire due aux cytokines pro-inflammatoires

Les cytokines sont des molécules du système immunitaire qui jouent un rôle de messager. Lorsque les cellules immunitaires ne se sentent pas en danger, elles ne produisent généralement pas de cytokines. Cependant, lorsqu’un antigène étranger est reconnu, des cytokines sont alors produites pour informer les cellules concernées et réguler leur activité/fonction.
C’est notamment le cas lorsque le reflux d’acide, la pepsine et la bile épuisent les cellules épithéliales et les incitent à sécréter des cytokines pro-inflammatoires. Ces cytokines induisent également une prolifération des cellules basales pour favoriser la régénération de l’épithélium..
À la différence du premier cas de figure (brûlure des cellules épithéliales par acide), ce sont ici les cellules inflammatoires qui sont directement incriminées et responsables de la lésion épithéliale pouvant également mener à une cicatrisation d’un nouvel épithélium de type intestinal. En effet, ces cytokines amplifient la réaction inflammatoire par une influence sur l’hyperprolifération cellulaire et la dégradation tissulaire.

Les cytokines pro-inflammatoires sont largement impliquées dans les pathologies inflammatoires chroniques et notamment le reflux gastro-oesophagien, l’oesophagite et l’oesophage de Barrett.
oesophage de Barrett complication oesophagite peptique

Traitement de l’oesophagite peptique

Traitement médical

On sait depuis des décennies que l’oesophagite peptique guérit par un traitement IPP (inhibiteur de la pompe à protons). Les cas légers d’œsophagite par reflux (Los Angeles grade A ou grade B) sont généralement traités sous IPP durant environ 4 semaines. Pour les patients présentant des cas plus graves (Los Angeles grade C ou grade D) la durée du traitement est généralement de 8 semaines.

Les IPP empêchent l’acide gastrique de l’estomac d’être sécrété durant la durée du traitement . Grâce à cela, l’oesophage dispose de plusieurs semaines pour cicatriser et retrouver son état normal. Cependant, une fois le traitement terminé, le reflux gastro-oesophagien est toujours bien présent. Les médicaments IPP permettent donc de soigner les conséquences du reflux (lésions, ulcères, etc.) mais pas la cause (le reflux lui-même).

Limite du traitement médical

Oui, le traitement médical est très efficace et recommandé en cas d’oesophagite.
Toutefois, de nombreuses études ont démontré que dans la majorité des cas, l’oesophagite peptique sévère réapparaît dans les 6 à 12 mois suivant l’arrêt du traitement par IPP. La rapidité avec laquelle l’oesophagite érosive se développe à nouveau a été constatée, mais n’a pas encore pu être expliquée à ce jour.
Autrement dit, tant que la cause du problème n’est pas traitée, à savoir le reflux gastrique, celui-ci reviendra. Le risque de récidive et de dépendance au traitement IPP est donc élevé. De plus, la prise d’IPP à long terme n’est pas sans danger pour la santé. En effet, la littérature scientifique récente fait état de potentiels effets indésirables graves survenant lors de l’utilisation à long terme.

Pertinence du traitement naturel

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il existe un grand nombre de solutions très efficaces pour soigner naturellement le reflux gastrique. Les avantages d’un tel traitement sont nombreux.

  • Tout d’abord, ce traitement s’attaque directement à la source du problème.
  • Le traitement naturel peut être combiné à un traitement médical (+suivi médical) et aide à diminuer les doses.
  • Il donne de très bons résultats quand il est bien mené et améliore durablement l’état de santé général.
  • Enfin, il permet de briser la dépendance aux IPP.

Tout ce qu’il faut savoir pour en finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien

Depuis plus de 6 ans, un travail de recherche sur le sujet a été mené et est désormais publié à travers le livre numérique « En finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien » . Ce livre donne toutes les clés pour en finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien.
Mis à jour chaque trimestre et basé sur une approche scientifique documentée, couplée avec l’expérience de l’auteur (coach nutritionnel et sportif) et de 2 autres experts de la santé (docteur en médecine et psychologue).

Ce livre numérique propose un contenu unique en son genre! Vous serez enfin capable de comprendre et d’identifier les causes réelles de votre reflux, et ce, avec méthode. Vous saurez également comment mettre en place des solutions concrètes, naturelles et dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement.
La dernière version du livre numérique contient également les nombreux témoignages de lecteurs accompagnés de leurs précieux conseils.

Soignez naturellement votre reflux gastrique

Les alternatives naturelles qui fonctionnent


159

Référence à 159 études scientifiques en 2021

Livre actuellement en PROMOTION et disponible DIRECTEMENT APRÈS ACHAT !
Ce livre vous intéresse ? Retrouvez la description des chapitres ci-dessous.

STRUCTURE DU LIVRE

Introduction & présentation du plan d’action de 30 jours

  • Explication de la philosophie du livre et de sa méthode de 30 jours pour obtenir des résultats rapides et concrets.
  • Présentation de 2 outils qui facilitent considérablement la pratique de cette méthode au quotidien :
    – soit via une application Android/Iphone (totalement gratuite).
    – soit via une version papier pour les plus réticents aux nouvelles technologies.

Chapitre 1 – Reflux gastro-œsophagien : bref état des lieux en 2021

  • Analyse de la prévalence du reflux gastro-œsophagien en 2020 au niveau mondial, par continent, région et dans certains pays (nouvelle étude – avril 2020).
  • Présentation de la pathologie, ses symptômes, son évolution, ses complications et ses causes.
  • Diagnostics médicaux, traitements médicaux actuels, effets des médicaments à court terme et long terme.
  • Description complète des risques pour la santé d’une utilisation prolongée des médicaments IPP (Inhibiteurs de la Pompe à Protons ).
  • Présentation de 3 compléments alimentaires naturels à envisager lors d’un traitement à base d’IPP.
  • Réponse aux 2 questions suivantes : Que se passe-t-il une fois le traitement par médicaments anti-reflux terminé ? Pourquoi les médecins ne proposent-ils généralement pas de solutions alternatives aux médicaments ?

Chapitre 2 – Reflux laryngo-pharyngé (RLP)

  • Présentation de la pathologie, ses symptômes, son évolution, ses complications et ses causes, etc.
  • Explication détaillée de la raison pour laquelle les traitements médicaux antiacides (IPP) sont parfois inefficaces en cas de RLP.
  • Description détaillée du traitement naturel dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement + outils et nombreux conseils pour optimiser ce traitement
  • Tableau des aliments alcalinisants et acidifiants

Chapitre 3 – 16 recommandations indispensables pour éviter le reflux

  • Le reflux gastro-œsophagien n’apparaît jamais par hasard. Il se manifeste en réaction logique à des événements la plupart du temps évitables. En respectant 16 précautions bien spécifiques avant/après les repas, durant la nuit, mais aussi au quotidien, les symptômes caractéristiques du reflux diminueront fortement.
  • Présentation des facteurs de risque du RGO officiellement reconnus au niveau mondial (nouvelle étude – avril 2020).

Chapitre 4 – Posture, respiration, diaphragme et gestion du stress pour lutter efficacement contre le reflux

  • Présentation de techniques, exercices et solutions naturelles inédites pour réduire efficacement le reflux gastro-œsophagien. Les solutions présentées et détaillées dans cette partie ont quasiment toutes prouvé leur efficacité à travers des études scientifiques récentes.

Chapitre 5 – Alimentation anti-reflux gastro-œsophagien

  • Résultats de 2 études parues en 2017 et 2018 qui ont permis de faire la lumière sur des hypothèses majeures dans le domaine de l’alimentation et du reflux gastro-œsophagien et qui jusque-là n’avaient pas pu être vérifiées à grande échelle.
  • Liste des aliments qui renforcent l’oesophage et diminuent l’inflammation.
  • Liste des aliments et des boissons à éviter en cas de reflux.
  • Passage en revue de tous les aliments conseillés et déconseillés dans le cadre d’une alimentation anti-reflux à travers un système de classification en 8 catégories d’aliments : Viandes, poissons, œufs | Produits laitiers | Matières grasses | Céréales et dérivés – légumineuses | Fruits | Légumes | Boissons | Divers (sucre, épices et aromates).
  • Modes de cuisson conseillés et déconseillés pour les aliments.
  • Présentation d’une plante aux effets insoupçonnés contre reflux gastro-œsophagien, les oesophagites et l’oesophage de Barrett + conseils pour une cure.

Chapitre 6 – Hernie hiatale : traitement naturel

  • Présentation et explication complète de la hernie hiatale avec images et visualisation en 3D : description, symptômes, complications, causes, traitement…
  • Description de 2 techniques naturelles avec illustration en vidéo qui permettent de faire redescendre physiquement la partie de l’estomac coincée dans l’hiatus œsophagien du diaphragme.

Chapitre 7 – Analyses des principales recommandations des lecteurs·rices

  • Analyse des tendances mentionnées par les lecteurs·rices dans le courrier des lecteurs·rices (32 témoignages).

Livre numérique n°2 – 60 recettes anti-reflux

60 recettes anti-reflux qui concernent des :

  • petits-déjeuners
  • nombreux plats
  • salades
  • accompagnements divers
  • amuse-bouches

Livre actuellement en PROMOTION et disponible DIRECTEMENT APRÈS ACHAT !

Sources de l’article

  • Qumseya, Bashar J MD, Wani, Gendy, Harnke, Bergman, Jacques J, Wolfsen, Herbert. Disease Progression in Barrett’s Low-Grade Dysplasia With Radiofrequency Ablation Compared With Surveillance: Systematic Review and Meta-Analysis. American Journal of Gastroenterology 2017.
  • Clara Castro, Bárbara Peleteiro & Nuno Lunet . Modifiable factors and esophageal cancer: a systematic review of published meta-analyses. Journal of Gastroenterology 2017.
  • Peter J. Kahrilas. Turning the Pathogenesis of Acute Peptic Esophagitis Inside Out. JAMA 2016.
  • Katz, Philip O,Gerson, Lauren B, Vela, Marcelo F. Guidelines for the Diagnosis and Management of Gastroesophageal Reflux Disease. American Journal of Gastroenterology 2013.
  • Guy Boeckxstaens, Hashem B El-Serag, André J P M Smout, Peter J Kahrilas.Symptomatic reflux disease: the present, the past and the future Gut 2014.
  • J. H. Rubenstein J. B. Taylor. Meta‐analysis: the association of oesophageal adenocarcinoma with symptoms of gastro‐oesophageal reflux. Aliment Parmacol 2010.
  • Nocon M, Labenz J, Jaspersen D, et al. Long-term treatment of patients with gastro-oesophageal reflux disease in routine care – results from the ProGERD study. Aliment Pharmacol Ther 2007.
  • Rhonda F. Souza, Xiaofang Huo, Vivek Mittal, Kathy Hormi–Carver, Robert M. Genta, Stuart J. Spechler. Gastroesophageal Reflux Might Cause Esophagitis Through a Cytokine-Mediated Mechanism Rather Than Caustic Acid Injury. Gastroenterology 2009.
  • M.Michael Wolfe, George Sachs. Acid suppression: Optimizing therapy for gastroduodenal ulcer healing, gastroesophageal reflux disease, and stress-related erosive syndrome.Gastroenterology 2000.
  • Bytzer, Peter, Christensen, Peer Brehm, Damkier, Vinding, Kirsten, Seersholm, Niels.Adenocarcinoma of the Esophagus and Barrett’s Esophagus: A Population-Based Study. American Journal of Gastroenterology 1999.
  • Lundell LR, Dent J, Bennett JR, et al. Endoscopic assessment of oesophagitis: clinical and functional correlates and further validation of the Los Angeles classification. Gut 1999.
  • Armstrong D, Bennett JR, Blum AL, et al. The endoscopic assessment of esophagitis: a progress report on observer agreement. Gastroenterology 1996.

Avertissement en cas d’oesophagite peptique et de reflux gastrique

Ce site et son contenu ne remplacent en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé. Seul votre médecin généraliste ou spécialiste est habilité à l’établissement d’un diagnostic médical et à l’établissement du traitement adapté qui en découlent.