Reflux biliaire: description

La régurgitation du contenu duodénale (bile, suc pancréatique et suc duodénal) dans l’estomac et l’œsophage est mieux connue sous le nom de reflux duodéno-gastrique ou de reflux biliaire.

Comment ce phénomène de reflux biliaire s’explique-t-il?

La bile est produite dans le foie et stockée dans la vésicule biliaire. Son rôle principal est d’aider à la digestion et à l’absorption des lipides. Ainsi, le fait de manger un repas qui contient même une petite quantité de graisse va signaler à la vésicule biliaire de libérer de la bile.

reflux biliaire

Celle-ci va ensuite s’écouler dans la partie supérieure du duodénum via le canal cholédoque qui relie la vésicule biliaire au duodénum. La bile ainsi présente dans le duodénum peut aider à la digestion et à l’absorption des lipides.

Reflux de bile vers l’estomac

En général, le mouvement coordonné de l’estomac et du duodénum provoque rarement du reflux biliaire chez les personnes en bonne santé.

Cependant, si la fermeture du pylore demeure incomplète, du contenu duodénal non acide comme de la bile peut alors se retrouver dans l’estomac. Le pylore est la partie de l’estomac qui communique avec le duodénum. Il comprend le sphincter pylorique, un anneau de muscles épais qui agit comme une valve pour régler la vidange du contenu de l’estomac dans le duodénum. Quand ce sphincter pylorique ne se ferme plus correctement, il peut laisser passer de la bile dans l’estomac.

reflux duodéno-gastrique

En cas de reflux gastro-oesophagien, le contenu de l’estomac contenant de la bile peut à son tour remonter vers l’œsophage et parfois même jusqu’à la gorge (reflux laryngo-pharyngé).
Accompagnés d’une vidange gastrique retardée, les acides biliaires continuent d’interagir avec la muqueuse gastrique/muqueuse oesophagienne/muqueuse supra-oesophagienne et entraînent finalement différents types de dommages (cf. complications ci-dessous).

Symptômes du reflux biliaire

Le reflux biliaire peut être difficile à distinguer du reflux gastrique. Ceci est notamment dû au fait qu’ils peuvent survenir en même temps. Ainsi, les signes et symptômes de reflux biliaire sont relativement similaires à ceux du reflux gastro-oesophagien.

Ils comprennent :

  • Douleurs abdominales hautes pouvant être sévères
  • Brûlures d’estomac fréquentes
  • Sensation de brûlure dans la poitrine qui se propage parfois à la gorge, accompagnée d’un goût amer dans la bouche
  • La nausée
  • Vomissement d’un liquide jaune verdâtre (bile)
  • Parfois, une toux ou un enrouement
  • Perte de poids involontaire

Cause du reflux biliaire / reflux duodéno-gastrique

Le reflux biliaire peut être causé par :

  • des complications apparaissant après une chirurgie gastrique.
  • des ulcères peptiques qui peuvent entraîner un dysfonctionnement du sphincter pylorique de sorte qu’il ne s’ouvre ou ne se ferme pas correctement.
  • une opération de la vésicule biliaire (et plus particulièrement si celle-ci a été retirée).
  • Tout facteur provoquant un trouble de la motricité gastro-duodénale et une anomalie anatomique telle que le sphincter du pylore ouvert, la béance cardiale, la hernie hiatale, l’ oesophage de Barrett, etc.

On distingue deux types de reflux biliaire: le reflux biliaire primaire et le reflux biliaire secondaire.
Le reflux biliaire primaire concerne les personnes sans aucun antécédent de chirurgie gastro-duodénale, tandis que le reflux biliaire secondaire est considéré comme celui apparaissant après une chirurgie gastrique.

L’incidence du reflux biliaire primaire a considérablement augmenté au cours des dernières décennies, raison pour laquelle un grand nombre d’études réalisées sur le sujet sont parues ces dernières années.

Selon ces études, le reflux biliaire primaire, qui survient donc sans chirurgie gastrique, est généralement associé à un dysfonctionnement de la vésicule biliaire et/ou des troubles de la motricité gastro-duodénale et/ou une ou plusieurs anomalies anatomiques.

Complications liées au reflux biliaire

De nombreuses études ont mis en évidence le rôle important que pouvait avoir le reflux mixte (acide et bile) dans la survenue et le développement d’inflammation gastro-intestinale, d’ulcères, de métaplasie intestinale et de cancer gastrique.
Par ailleurs, il a été démontré que les personnes faisant du reflux biliaire régulièrement sont plus susceptibles de développer des lésions au niveau de la muqueuse gastrique et de la muqueuse œsophagienne. Il existerait donc une corrélation entre la quantité de reflux biliaire et la sévérité des inflammations dans l’estomac et l’oesophage.

Ainsi, le reflux biliaire favoriserait les complcations suivantes.

Reflux gastro-oesophagien plus sévère

Cette évolution du reflux gastro-oesophagien (RGO) vers un grade plus sévère est influencée non seulement par le reflux acide, mais aussi par l’association du reflux acide avec le reflux biliaire.

Oesophage de Barrett

Au plus une personne souffre de reflux biliaire, au plus le risque de développement de l’œsophage de Barrett est élevé. Cela s’explique par le fait que le reflux mixte, acide et bile, est très agressif pour la muqueuse œsophagienne. Avec le temps, il peut être responsable du développement de lésions d’endobrachyœsophage (œsophage de Barrett).Par ailleurs, il est important de souligner que les personnes souffrant d’œsophage de Barrett montrent une augmentation significative de reflux biliaire et acide simultané par rapport à celles atteintes de RGO sans œsophage de Barrett.
Ainsi, chez les personnes atteintes d’œsophage de Barrett, la muqueuse œsophagienne est simultanément exposée aux effets nocifs des sucs gastrique et duodénal, avec une augmentation des dommages corrélée à une exposition accrue. De même, des modèles animaux ont montré que l’exposition simultanée de la muqueuse œsophagienne au reflux acide et biliaire entraîne des lésions des muqueuses plus importantes que l’exposition à un reflux acide ou biliaire isolé.
oesophage de Barrett endobrachyoesophage
Enfin, les patients atteints d’œsophage de Barrett ont plus de signes de gastrite liée à la bile que les sujets atteints de RGO non compliqué. La présence de bile dans le reflux est reconnue comme un facteur de développement de métaplasie intestinale et de malignité de l’œsophage.
> PLUS D’INFORMATION SUR L’OESOPHAGE DE BARRETT

Certains cancers

Le reflux biliaire favoriserait le développement de différents types de cancers comme le cancer de l’estomac, le cancer de l’oesophage et le cancer de l’hypopharynx. Selon de nombreuses études parues ces dernières années, le reflux biliaire semble être associé au développement de certains cancers et de lésions précancéreuses. Il est d’ailleurs considéré comme un facteur de risque indépendant de ces cancers. Ainsi, un taux plus élevé de reflux biliaire peut être lié à un risque plus élevé de lésions précancéreuses et de certains cancers (estomac, oesophage et hypopharynx).

Traitement médical : reflux biliaire

À l’heure actuelle, il n’existe aucun médicament en pratique clinique qui puisse être utilisé spécifiquement pour cibler la réduction de bile dans l’estomac.

Les patients diagnostiqués avec du reflux biliaire suivent généralement un traitement similaire au traitement médical contre le RGO classique, car à ce jour, il n’existe pas réellement d’autres alternatives médicales pour les traiter.

Parmi ces traitements médicaux, le traitement le plus prescrit dans ce cas reste les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP). Les IPP limitent le reflux duodéno-gastrique en diminuant le volume des sécrétions d’acide gastrique susceptibles de refluer. Ils permettent également de limiter la formation d’un reflux mixte (plus agressif) en agissant plus spécifiquement sur la partie acide.

D’autres traitements médicaux existent également, mais ceux-ci sont plus rarement prescrits en cas de reflux biliaire. Citons ici,

  • les antagonistes des récepteurs à l’histamine de type 2 (anti-H2)
  • les prokinétiques qui diminuent l’exposition de l’estomac au contenu duodénal en augmentant la motilité de l’estomac et en accélérant la vidange gastrique
  • le baclofène qui permet de réduire la relaxation du sphincter inférieur de l’œsophage

Chez les patients présentant un reflux biliaire sévère résistant à un traitement médical, un traitement chirurgical peut être nécessaire.

Bien que la thérapie médicale anti-acide reste le traitement de première intention pour la prévention de l’inflammation induite par le reflux, de nouvelles données remettent ouvertement en question son efficacité dans la prévention à long terme des tumeurs malignes liées au reflux, ouvrant la voie à des approches préventives alternatives ou supplémentaires fondées sur des preuves.

Traitement naturel : reflux biliaire

Compte tenu des graves complications auxquelles peut mener le reflux biliaire, un traitement médical adapté ainsi qu’un suivi médical sont toujours indispensables.

En complément du traitement et du suivi médical, différents traitements naturels ont fait l’objet de nombreuses recherches scientifiques ces dernières années. Le potentiel thérapeutique de deux traitements naturels différents a été reconnu dans de plusieurs études récentes. Ces traitements naturels semblent prévenir et agir efficacement contre les effets cancérogènes du reflux biliaire. Les derniers résultats des études sont concluants et encourageants. D’autres études à plus grandes échelles concernant ces traitements naturels sont actuellement en cours.

Ces traitements naturels et les meilleures recommandations pour éviter le reflux biliaire seront décrits et expliqués dans la 2ème édition du livre « En finir naturellement avec le reflux gastro-oesophagien » qui paraîtra en mars 2022.

Approche scientifique et expertise

Ce livre est le fruit d’un travail de recherche de 6 années. Son format 100% numérique lui permet d’être mis à jour plusieurs fois par an afin de proposer en permanence un contenu particulièrement actualisé.
Le livre se base sur une approche scientifique documentée, couplée avec l’expérience de l’auteur (coach nutritionnel et sportif) et de 2 autres experts (docteur en médecine et psychologue).

Le contenu du livre est inédit et unique en son genre! En plus d’aider à identifier avec méthode les causes réelles du reflux, ce livre vous aidera à mettre en place des solutions concrètes, naturelles et dont l’efficacité a été prouvée scientifiquement.

Soignez naturellement votre reflux gastrique

Les alternatives naturelles qui fonctionnent


218

Référence à 218 études scientifiques en 2022


Livre actuellement en PROMOTION et disponible DIRECTEMENT APRÈS ACHAT !

DESCRIPTION COMPLÈTE DES CHAPITRES disponible sur la page de présentation du livre.

Sources de l’article

  • Amira A.A. Othman, Amal A.Z. Dwedar, Hany M. ElSadek, Hesham R. AbdElAziz and Abeer A.F. Abdelrahmand. Bile reflux gastropathy: Prevalence and risk factors after therapeutic biliary interventions: A retrospective cohort study. Ann Med Surg (Lond). 2021 Dec.
  • Dimitra P. Vageli, Sotirios G. Doukas, Panagiotis G. Doukas,1and Benjamin L. Judson. Bile reflux and hypopharyngeal cancer. Oncol Rep. 2021 Nov.
  • Lu Yao Zhang, Jian Zhang, Dan Li, Yuan Liu, Dong Ling Zhang, Cai Fang Liu et al. Bile reflux is an independent risk factor for precancerous gastric lesions and gastric cancer: An observational cross‐sectional study. J Dig Dis. 2021 May.
  • Sasaki CT, Doukas SG, Doukas PG, Vageli DP. Weakly acidic bile is a risk factor for hypopharyngeal carcinogenesis evidenced by DNA damage, antiapoptotic function, and premalignant dysplastic lesions in vivo. Cancers (Basel) 2021.
  • Sasaki CT, Doukas SG, Costa J, Vageli DP. The progressive mutagenic effects of acidic bile refluxate in hypopharyngeal squamous cell carcinogenesis: New insights. Cancers (Basel) 2020.
  • Dan Li, Jian Zhang, 2 , Wen Zhu Yao, Dong Lin Zhang, Chen Chen Feng, et al. The relationship between gastric cancer, its precancerous lesions and bile reflux: A retrospective study. J Dig Dis. 2020 Apr.
  • Saarinen T, Pietiläinen KH, Loimaala A, Ihalainen T, Sammalkorpi H, Penttilä A, et al. . Bile reflux is a common finding in the gastric pouch after one anastomosis gastric bypass. Obes Surg. 2020.
  • Sasaki CT, Doukas SG, Costa J, Vageli DP. Biliary reflux as a causal factor in hypopharyngeal carcinoma: New clinical evidence and implications. Cancer. 2019.
  • Doukas SG, Cardoso B, Tower JI, Vageli DP, Sasaki CT. Biliary tumorigenic effect on hypopharyngeal cells is significantly enhanced by pH reduction. Cancer Med. 2019.
  • McCabe ME IV, Dilly CK. New causes for the old problem of bile reflux gastritis. Clin Gastroenterol Hepatol. 2018.
  • Hyun JJ, Yeom SK, Shim E, et al. Correlation between bile reflux gastritis and biliary excreted contrast media in the stomach. J Comput Assist Tomogr. 2017.
  • Sasaki CT, Issaeva N, Vageli DP. In vitro model for gastroduodenal reflux-induced nuclear factor-kappaB activation and its role in hypopharyngeal carcinogenesis. Head Neck. 2016.
  • Vageli DP, Prasad ML, Sasaki CT. Gastro-duodenal fluid induced nuclear Factor-κappaB activation and early pre-malignant alterations in murine hypopharyngeal mucosa. Oncotarget. 2016.
  • Sasaki CT, Vageli DP. miR‐21, miR‐155, miR‐192, and miR‐375 deregulations related to NF‐kappaB activation in gastroduodenal fluid‐induced early preneoplastic lesions of laryngeal mucosa in vivo. Neoplasia. 2016.
  • Sereg-Bahar M, Jerin A, Hocevar-Boltezar I. Higher levels of total pepsin and bile acids in the saliva as a possible risk factor for early laryngeal cancer. Radiol Oncol. 2015.
  • Prasad S, Tyagi AK, Aggarwal BB. Recent developments in delivery, bioavailability, absorption and metabolism of curcumin: the golden pigment from golden spice. Cancer Res Treat. 2014.
  • Matsuhisa T, Arakawa T, Watanabe T, et al. Relation between bile acid reflux into the stomach and the risk of atrophic gastritis and intestinal metaplasia: a multicenter study of 2283 cases. Dig Endosc. 2013.
  • Tatsugami M, Ito M, Tanaka S, et al. Bile acid promotes intestinal metaplasia and gastric carcinogenesis. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2012.

Avertissement en cas de reflux biliaire

Ce site et son contenu ne remplacent en aucune façon une consultation médicale ou les conseils de tout autre professionnel de santé. Seul votre médecin généraliste ou spécialiste est habilité à l’établissement d’un diagnostic médical et à l’établissement du traitement adapté qui en découlent.